RC LENS - RSC ANDERLECHT (1-1)

En se qualifiant pour les 8émes de finale de la coupe de l’U.E.F.A  saison 1983-1984, les Lensois pouvaient rêver d’Espagne, d’Allemagne, d’Italie ou encore d’Angleterre car le hasard des tirages au sort les avait emmenés en Belgique pour les deux premiers tours.

Les Sang et Or y avaient successivement éliminé La Gantoise et Anvers,  (2-1,1-1) et (2-2,2-3).

BOLLAERT VOULAIT FREMIR...UNE FOIS (Encore !)

Non, ce n’était pas une blague Belge, le troisième visiteur de Bollaert, pour ce 8éme de Finale,  sera encore (une fois !) une équipe Belge.

Un ogre sur la scène européenne de l’Epoque, dernier vainqueur de la compétition (contre Benfica en Juin 1983) : le RSC ANDERLECHT et ses internationaux.

Equipe Type Anderlecht Saison 1983-1984 (on peut notamment reconnaître Munaron, Vercauteren (Cap) Olsen, Scifo, Vandereycken, Cziernatynski)

Ce sont des Lensois appliqués qui ont tenté de contourner l’organisation d’une équipe Bruxelloise venue armée de toute son expérience et de sa rigueur pour faire déjouer les protégés de Gérard Houiller.

Xuereb, Vercruysse, Brisson et Peltier (qui remplaçait Ogaza) ont bien tenté des combinaisons pour emballer le match.

 Difficile de faire vaciller une des meilleures équipes du moment que certains compareront à Benfica ou au Milan AC.

 L’organisation belge obligeait les nordistes a tenté des actions difficiles pour essayer de se mettre en position de conclure.

La fatigue arrive rarement en premier chez ceux qui sont bien installés en défense.

A la 87éme minute, Erwin Wanderberghe, viendra, comme un diable (rouge) sortant de sa boîte, doucher Bollaert en ouvrant le score et porter l’estocade à l’enthousiasme des joueurs Lensois.

 

L'arrivée d'un OVNI sur la pelouse de Bollaert

Lens ne semble pas en mesure de revenir.

Les joueurs Lensois  semblent presque avoir abdiqué quand l’arrière danois Kenneth Brylle adresse une passe en retrait à Munaron.

C’est alors que ce match s’apprêta à rentrer dans l’histoire alors qu’il aurait pu rejoindre la liste longue des matchs “oubliés” et rangés gentiment dans les boîtes à souvenirs ! 

Jaillit alors, lancé des tribunes de Bollaert, un objet volant non identifié dont la trajectoire parabolique rencontre celle du ballon que Munaron s’apprêtait à contrôler tranquille. 

Totalement surpris par ce faux rebond, l’international démarre en trombe mais trop tard pour empêcher l’égalisation la plus curieuse jamais vue dans le stade de l’Artois, debout depuis 1934.

'' MUSSEUW a trois pavés du Nord, Moi, j'ai un caillou de LENS...''

Jacky Munaron

Anderlecht

Munaron est furieux et ses réclamations auprès de l’arbitre n’y feront rien, d’autant plus que si jet de cailloux il y a, il vient sûrement de la tribune occupée par les supporters belges et située dans son dos.

A l’époque, il était à la mode de se comporter en Hooligan ! et les tribunes en préparation pour l’Euro 1984 offraient sûrement du “matos” à ces petits supporters.

En 2006, dans une interview à l’Uefa, le portier Belge racontera les remontrances de son épouse, de ses co-équipiers, l’interview à la Rtbf le lendemain ou encore les blagues ses co-équipiers lors de son retour à Bollaert pour Belgique-Yougoslavie en 1984 ( René Vandereycken s’était mis à quatre pattes pour faire mine de rechercher les cailloux avant le match !)…

L’histoire d’un match inoubliable, ça tient à peu de choses !

Ch.DUSART

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 FOOTEUX D'AVANT Un site du groupe DFC

Contactez-nous

Nous sommes partis faire un Foot ! Nous revenons vers vous très rapidement !

En cours d’envoi