PSG - FC NANTES (3-2)

Une Finale de Légende avec un But de Légende !

Pour la seconde année de suite, le PSG dispute une finale de Coupe de France.

Un an après une soirée inoubliable face aux Verts de Saint-Etienne, c’est le Champion de France que les Parisiens vont affronter…un Champion qui veut décrocher le Doublé !

Les Parisiens ont éliminé Chaumont, Abbeville, Strasbourg, Brest et Tours. Les Canaris Nantais ont, eux, écarté Baume-les-Dames, Bordeaux, le Racing Club de Paris et le Losc.

—–

46023 Spectateurs. Arbitre : Michel Vautrot

PSG : Baratelli – Tanasi, Pilorget, Bathenay (Dahleb 50e), Lemoult – Fernandez, Zaremba, Susic – Toko, Rocheteau, N’Gom. Entraîneur : Georges Peyroche.

FC.NANTES : Bertrand-Demanes, Bibard (Picot 82e), Ayache, Rio, Bossis, Adonkor, Baronchelli, Tusseau, Muller, Halilhodzic, Touré, Amisse. Entraîneur Suaudeau. 

UNE FINALE EN ROUTE
DES LA 3éme MINUTE...

Il n’y aura pas de round d’observation dans cette finale.

Dès la 3éme minute, Rocheteau provoque une faute de Bibard, juste devant les yeux de Michel Vautrot, à une trentaine de mètres des buts Nantais.

Les joueurs discutent et Susic, toujours aussi rusé, décale la balle pour Zaremba !

Le “Gamin” de Fresnes-sur-Escaut place alors une frappe tendue, à peine décollée du sol mais qui ne touchera le sol qu’une fois passée la ligne de but !

1-0 La finale a mis 3 minutes pour être lancée !

Les Nantais reprennent le jeu.

Dans le quart d’heure qui suit, bien servi en profondeur, Bruno Baronchelli, en touchant légèrement le ballon, désarçonne Dominique Bathenay.

Malgré la présence de plusieurs parisiens, il parvient à venir tromper Baratelli par une subtile “pichenette” (1-1).

Le meilleur était pourtant à venir !

Aux Nantais la maîtrise technique, la fameuse touche Coco Suaudeau, contre le panache du PSG, entre hourra-football et sport-spectacle dirigés vers l’offensive. 

C’est un match fou, à la manière de l’action qui amène le second but nantais.  

Adonkor trouve Touré dans la surface parisienne. 

Contrôle de la poitrine en extension du milieu offensif Nantais, dos au but, Touré se débarrasse de ses gardes du corps en jonglant, se retourne et mystifie Baratelli d’une demie-volée du pied gauche. 

« Des buts comme ça, messieurs, on en redemande » s’esclaffe Jean-Michel Larqué au micro qui aura bien besoin de la pause pour reprendre son souffle..

La Légende du Brésilien Français venait de naître.

PEUT-ON ACQUERIR LA NATIONALITE BRESILIENNE
EN MARQUANT UN TEL BUT ?

Ce joyau arrivé  juste avant la mi-temps va marquer cette finale pour longtemps.

Touré s’enfonce dans la défense, mais est contré, la balle revient à Seth Adonkor (le grand frère de Marcel Desailly et qui disparaîtra tragiquement dans un accident de voiture quelques mois plus tard).


Adonkor prend l’information, voit l’appel de Touré, le trouve d’une passe lobée au milieu de deux parisiens…. la suite c’est la magie du « brésilien ».

Contrôle de la poitrine, double jonglage du pied droit devant Lemoult et Tanasi, reprise de volée du pied gauche dans un angle fermé qui trompe Baratelli.


En quelques secondes, José Touré vient “d’obtenir” la nationalité brésilienne et gagne un surnom qui lui collera à la peau. Tout comme ce but colle à l’histoire de la coupe de France et figure dans toutes les rétrospectives.

La pause est atteinte sur cet avantage Nantais. Le coup est rude pour les Parisiens qui vont également perdre Bathenay sur blessure dès le retour des vestiaires. Il est remplacé par le talentueux Mustapha Dahleb.

Peyroche ne déroge pas de son 4-3-3.

Passée l’heure de jeu, Safet Susic, un Brésilien des Balkans, mystifie les  Nantais Adonkor et Ayache par des crochets à 90° et une frappe aussi violente que précise dans le petit filet de Bertrand-Demasnes. 

La folie ne semble pas vouloir quitter ce “Match”.

Le Yougo a répondu au Brésilien. Susic is Magic !

PSG revient à hauteur du FCN et l’espoir change de camp, mené par un Susic révolté.

Le Président Borelli et le PSG tiennent leur Coupe qui semble elle aussi aimer Paris, surtout depuis la finale de l’année précédente contre Saint-Etienne ! 

Va t-on vivre un même dénouement au bout de la nuit ?

A croire que le public du Parc et les supporters du PSG aiment ça !

Il reste à peine dix minutes au temps réglementaire lorsque Susic encore lui, d’une passe lumineuse, lance parfaitement Toko.

L’attaquant Parisien court, vite et fort, évite un défenseur Nantais , arrive dans la surface et croise sa frappe.

 JPDB dans les buts est pris à contre-pied.

Paris est passé devant et il ne lâchera plus rien.

La Coupe restera dans la capitale, les Nantais ne feront pas le Doublé, et ce match sera à jamais un match de Légende, un peu comme une victoire française dans les Alpes un 14 juillet ! 

0 Commentaires

Laisser une réponse

©2020 FOOTEUX D'AVANT Un site du groupe DFC

Contactez-nous

Nous sommes partis faire un Foot ! Nous revenons vers vous très rapidement !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account